Le Canton de Vaud vient de mettre en consultation sa quatrième adaptation du plan directeur cantonal. Les communes ont désormais les cartes en mains pour revoir leur plans plans d’affectation selon les projections de leur potentiel de croissance, tel que défini par le canton.

Près de la moitié des surfaces à bâtir en terre vaudoise devront être revues. Et peu de propriétaires seront indemnisés. Le canton de Vaud compte actuellement environ 2500 hectares de réserve de zones à bâtir. La moitié d’entre elles, environs 1240 hectares, son mal situées : elles figurent dans des inventaires fédéraux de protection ou des secteurs soumis à des dangers naturels, sont à l’extérieur des centres et des territoires urbanisés ou non desservies par les transports publics. Qui plus est. En tenant compte des nombreux projets en cours de développement, près de la moitié de notre surface constructible est excédentaire, sur la base du scénario le plus élevé de Statistique Vaud, qui prévoir l’arrivée de quelques 185’000 nouveaux habitants en terre vaudoise d’ici 2030.